Denis Sergent se penche dans La Croix sur cet « organe aux fonctions beaucoup plus élaborées qu'on ne le pensait grâce à son étroite alliance avec les milliards de bactéries qu'il renferme ».
Le journaliste observe en effet que « depuis les grands anatomistes du XIXe siècle, on pensait connaître tous les organes du corps humain. Pourtant, il n'en est rien. Grande en effet a été la surprise de s'apercevoir que l'homme était doté d'un «deuxième cerveau» ! ».
« La majorité des microbiologistes, gastro-entérologues et autres neurobiologistes s'accordent aujourd'hui pour affirmer que l'intestin et ses résidents bactériens sont bien plus qu'une simple machine à digérer. Ils constituent un véritable organe, complexe, vital même, capable de nous fournir des vitamines, de participer à notre système de défense immunitaire, de sécréter des substances actives, d'exprimer des sensations, [...] voire de jouer sur notre humeur et nos sentiments », explique Denis Sergent.
Le journaliste souligne en outre que « les bactéries que nous hébergeons font partie de notre identité biologique », revient sur les études sur le sujet, ou encore relève que « ce système nerveux entérique est appelé à être étudié de plus près par les neurobiologistes, qui voient en lui un organe susceptible d'exprimer très précocement des pathologies graves du cerveau ». Denis Sergent remarque ainsi que « certaines bactéries permettent de prévoir l'avènement d'une maladie, peuvent en être le déclencheur ou en constituer le remède ».

bottom